En route sur l’Eurovélo 8…

Publié le

Mardi 5 juillet. (Cet article n’est pas à sa place dans la chronologie. ..)

69 km de vélo  (+ 2 ferrys)

L’empressement des enfants à prendre le bateau, à commencer le périple et à fuir les moustiques nous a conduit à quitter Venise. Pas de visite de Burano et Murano … on a hésité. .. il faudra revenir, on a la vie devant nous. 

Jérôme avait repéré qu’on prendrait un ferry jusqu’à Punta Sabbioni, pour éviter un long circuit à travers les zones indus pour sortir de Venise.

Nous prenons donc la direction de Tronchetto (dire Tronketo en tapant les consomnes). On sait que ça va pas être agréable, on a fait le repérage en bus la veille, mais y en a que pour 9km. Bon le problème c’est juste que la voie est partagée avec voitures et tramway avec une grosse portion sur un grand pont.

Une partie est en piste cyclable,  sauf qu’ils ont décidé de la moderniser et qu’elle prend fin d’un coup. Bon on aurait dû un peu s’attarder sur le panneau en entrée,  sauf que l’entrée n’est pas fermée du tout. En revanche la sortie oui. On s’est vraiment retrouvé coincé derrière la glissière. 

Ça tombe bien on s’est toujours demandé comment on ferait si ça nous arrivait et surtout comment on réussirait à soulever notre tank. Et bien on a réussi,  après l’avoir soulagé des saccoches ;  heureusement la glissière n’était pas haute et le bas côté était large. 

On arrive à Tronchetto,  rien de folichon,  une zone portuaire.  On prend vite fait nos billets, et on embarque.

Là on a profité d’un bon moment avec cette sortie du ferry dans le grand canal qui fait face à Venise, avec un beau soleil et plein de bateaux partout. On se serait cru dans Porco Rosso. 

On est à Lido di Venizia (île) à St Nicolas. On a besoin d’aller à Punta Sabbioni.

Il faut donc reprendre un ferry. Jérôme va chercher les billets,  lui et la vendeuse ne sont pas très confiants. Elle nous vend quand même les billets.

Effectivement, la personne chargée de l’embarquement fait carrément descendre le commandant pour qu’il juge par lui même. 

 Ils nous laissent monter sans gaité de coeur en nous donnant pour consigne de descendre en dernier. Le bateau n’est pas bien grand mais ça passe.  La traversée ne dure qu’une 20aine de minutes…

On arrive à Punta Sabbioni à environ 12h30, et on commence à rouler.  On alterne entre routes et pistes.

Dont des routes pas très intéressantes, mais il faut bien avancer.

On verra l’Adriatique pour la première fois vers 17h… on se moque un peu des alignements de parasols.


On galère un peu pour trouver un camping. Ça manque de panneaux et d’offices du tourisme. 

Arrivés à notre emplacement on entend le bruit de la traditionnelle crevaison du 1er jour… on y a eu droit chaque année.  En fait non… C’est le micro arrosage des arbres, qui couïne encore d’ailleurs ! On a quand même eu notre lot d’aventures pour la journée !

On s’installe puis direction la plage,  accès direct depuis le camping.  Il y a 5 cygnes posées sur la mer. Il est tard mais les enfants sont ravis.

Ravis mais pas pour longtemps.  Tout ça nous conduit à manger à la tombée de la nuit,  nouvelle attaque de moustiques malgré le répulsif, c’est raide…

Demain grande journée à  l’ intérieur des terres…

PS : visiblement j’ai déjà consommé tout mon forfait internet 3g. Les articles arriveront quand on trouvera du wifi (gratuit.. Certains campings se font des cacahuètes en or avec ça ! ).

Attention cet article arrive avec du retard, il était  bloqué ds l’appli…Certaines jolies photos ont été supprimées. ..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s