De Korcula à Mlini  (en passant par Dubrovnik)

Publié le

Mardi 26 juillet.

(17 km + 14 Km = 31 km)

Départ vers 9h00 du camping.

Le bateau n’est qu’à 10h10,  mais les garçons, très à cheval sur les horaires, veulent assurer le coup,  même si on a que 3 km à faire pour se rendre au quai. Jérôme a un doute sur le quai d’embarquement parce qu’il a vu la direction Dubrovnik indiquée depuis un autre quai de l’autre côté de la ville sur une carte.  Pourtant j’ai bien demandé à un gars de la compagnie la veille… le quai est bombé mais il trouve le moyen d’encore s’interroger ! Grrr…voilà une heure d’attente en plein soleil à voir les gens toujours essayer de grappiller une place pour être les 1ers à monter dans le bateau,  trop la classe ! 

Le bateau arrive enfin avec une 12aine de minutes de retard. Un groupe qui vient de descendre stationne 2 mètres  devant la sortie de la passerelle.  Quand vient notre tour de passer sur la passerelle,  des abrutis trouvent le moyen de nous doubler,  me gênant le passage d’un vélo à l’autre pour aider à pousser sur cette passerelle en pente plutôt raide ! On bouillonne !  Les gens de la compagnie n’assure même pas la circulation. 

On positionne les vélos sur le bord comme la dernière fois. C’est le même employé que la dernière fois qui aura un petit geste sympa.  Les autres sont indifférents.  

On quitte Korcula. 

Jusqu’au 1er arrêt du bateau à l’île de Mljet, on attend en vrac dans les escaliers, on n’a même pas une place où s’assoier. Ensuite, des place se libèrent et Liséa a géré l’accessibilité du Uno pour passer le temps durant la traversée.  

On arrive à 12h un peu passé à Dubrovnik. On avait lu dans les guides qu’il ne fallait surtout pas louper la vue sur Dubrovnik en arrivant par la mer.  On se rend à l’avant du bateau avec Raphaël un peu avant la fin.  Rien du tout.  On n’arrive visiblement pas par le bon côté.  Impossible de rejoindre Jérôme et Liséa de l’autre côté du bateau, tout le monde s’est agglutinés vers la sortie. De toute façon il faut qu’on attende que tout le monde sorte…

On sort donc les derniers. La marche arrière est un peu dure à négocier ; mais on n’a pas le temps de réfléchir que le seul gars qui avait l’air compréhensif de la compagnie est déjà en train de soulever l’avant du vélo pour débloquer la situation.  On ne l’aurait pas fait comme ça.  Mais il l’a fait de bon coeur et c’était efficace.  Forcément c’est pas moi qui allais soulever comme ça.  On le remercie bien et une fois de plus.  Je crois qu’on n’aura jamais entendu le son de sa voix…

C’est parti. On a repéré un camping entre Dubrovnik et l’aéroport. L’idée est d’aller se poser et de régler nos questions logistiques avant de visiter Dubrovnik. 

Comme d’hab ‘, le soleil tape, il n’y a pas d’ombre, ça monte dessuite et de façon continue.  14 ou 15 km de montée ! Après 2 jours de repos, c’est raide ! On s’arrête quand même 2 fois pour profiter de la vue plongeante (et oui c’est l’avantage quand on monte!) sur Dubrovnik.

On s’arrête se ravitailler au supermarché et on se gare à côté de 2 cyclorandonneurs garçons qui nous demandent d’où on vient.  Ce sont des belges !  Encore des belges sympas, partis de Belgique en même temps que nous,  mais ils poussent jusqu’au Monténégro, finissent  dimanche également,  et font une 100aine de km / jour. Finalement on poussera un peu plus loin ensemble et on pique-niquera ensemble à  l’ombre.  Puis on se sépare quand on prend la route et nous n’irons pas beaucoup plus loin.  Le camping est au dessus.  On remonte.
On s’installe dans un petit camping qui n’est pas à proprement dit joli, mais qui a de beaux arbres fruitiers, un oranger et un kaki énormes, des amandiers, des cognoissiers, des néfliers du japon… Apparemment, la plage est en contre-bas à 5 mn à pieds. 

L’objectif de l’après-midi est de trouver des cartons pour s’enlever ce souci en priorité. On a repéré une sorte de zone commerciale avant d’arriver qu’on estime à 4 km, on devrait trouver. C’est du bol parce qu’on en aura pas vu beaucoup et et il semble qu’il y ait un magasin de bricolage.  

C’est reparti dans l’autre sens. On remonte l’unique descente qu’on aura eu de la matinée et la route nous paraît interminable ! Bon finalement c’était plutôt à 7 km ! 

Du coup on trouve du gros scotch marron dans le 1er magasin qui est de bricolage.  On demande pour les cartons, on nous conduit à l’arrière et nous laisse nous servir.  Il y en a quelques uns de grands mais dans l’ensemble il faudra qu’on fasse de la reconstitution. 

On fait notre stock.  On tente d’accrocher tout ça aux vélos.  C’est loin d’être concluant,  en plus avec les côtes et la circulation qui nous attend, on ne peut pas jouer.  On retourne à l’avant du magasin avec notre stock et on vit un petit moment de solitude et de réflexions tantôt rageuses (pas moi) tantôt silencieuses.  Jérôme part faire le tour de la zone avec le vélo de Raphaël pour voir s’il y a une location de voiture, sans succès. 

Un taxi s’arrête faire une course.  Je l’interpelle.  Il nous propose 100 kunas, environ 13 €. On n’a pas vraiment de référence en terme de taxi.  On pense alors qu’il y a 4 km (en fait il y en a plutôt 7), mais on n’a pas bien le choix.  On valide.  On le laisse faire sa course et on s’organise.  Jérôme partira avec lui et reviendra en courant.  Ça lui permettra de se rendre compte que son entorse de la cheville de début juin n’est pas tout à  fait remise… de notre côté on a trouvé un petit rouleau de plastique d’emballage à bulles et fait les courses. On récupère encore une sorte de cellophane dans un conteneur que les enfants coincent sur leurs porte-bagages et un carton en route. J’ai les courses et le carton sur les genoux,  car on a ramené les sangles et tendeurs en même temps que les cartons.  On ressemble vraiment à rien ! 

On est content d’arriver et on fête nos cartons et nos 1000 km. Bon y en manque peut être un, mais on a bien dû faire quelques arrondis à l’inférieur de temps en temps, alors on va dire qu’on les a !  

Demain,  on commence à emballer les vélos et reconstituer nos cartons histoire de se rassurer,  même si on va en garder un pour aller faire les courses, puis on ira visiter Dubrovnik,  probablement en bateau bus ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s