De Venise à Bosco Mesola

Publié le Mis à jour le

Mercredi 5 juillet (85 Km + 3 bateaux).

Réveil à 7h00 pour partir vite et avoir le ferry à Tronchetto à une heure correcte. 

Finalement on décollera vers 8h30 du camping. On sait qu’on a un passage compliqué, une sorte de voie rapide partagée avec le bus et le tramway, dont une partie à une seule voie. On sent qu’on va avoir du bol quand le tramway nous passe devant avant le moment fatidique. Un cyclo nous double un peu plus loin puis nous attend pour nous montrer le début de la piste cyclable caché derrière un cabanon. On l’avait repéré mais c’est sympa de sa part…

A Tronchetto, on prend les billet pour les 3 ferry-boats. En fait c’est un pass journée, on a encore un pass pour les vélos par traversée, ça nous rassure sur  la possibilité d’embarquer avec les vélos sur chaque tronçon car les infos ont été dures à trouver. 

De Tronchetto, on prend le ferry jusqu’ à Riviera san Nicolò. Le ferry transporte des voiture. On est à l’aise. La vue sur Venise est magnifique.



On traverse l’île de Lido di Venizia  dans sa longueur  (11,8 km) pour rejoindre un autre embarcadère.  Par chance, le bateau vient d’arriver et on monte immédiatement.

Même le bus prend le ferry.

Très vite, on descend à Santa Maria del Mare et on entame la traversée de cette nouvelle ile jusqu’à Pellistrini pour trouver un prochain ferry qui doit nous conduire à Chiogga. Par endroit il n’y que la place de la route. On s’arrête se tremper les pieds. 

Puis on se rend à embarcadère mais ce n’est pas un ferry, il n’y a pas de voitures, quelques vélos mais on a vu que l’embarquement est au bon vouloir du capitaine… On est plutôt confiant on est déjà monté dans un bateau comptable l’an passé.  

Le jeune « matelot » est plutôt sympa et nous monte qu’il trouve le vélo sympa ; mais le vieux capitaine nous montre bien qu’on le dérange et fait rentrer tous les gens avant nous. On voit la place dispo sur le bateau se reduire… puis il nous refuse en nous disant qu’on aura qu’à voir le suivant.  Super, si c’est lui qui revient c’est pas gagné ! Il est midi un peu passé, c’est vrai qu’il a bien rempli son bateau, le prochain est à 13h10… On attend à l’ombre de embarcadère, Jérôme part faire les courses.  Le bateau suivant arrive un peu avant 13h00 et fait descendre ses passagers. Jérôme n’est pas revenu, Raphaël s’inquiete… pas longtemps car le voilà.  On demande si on pourra embarquer, on nous répond qu’on verra à 13h10. Ce n’est pas le même équipage, en fait c’est l’heure de leur pause déjeuner, on fait aussi rapidement nos sandwichs, qu’on n’a même pas fini d’avaler quand ils nous font monter. Il y a nettement moins de monde que l’heure d’avant… ils attendent que d’autres passagers arrivent, conduits pas une ligne de bus qui traverse l’île. En attendant, ils nous posent des questions sur le vélo et demandent à le prendre en photo.  C’est pas la même ambiance déjà.. .

Arrivé à Chiogga, nous  sommes prêts pour de nouvelles aventures. .. la ville est plutôt jolie, étrangement calme, on devine qu’elle peut être plus animée. .


On sort de la ville et on se retrouve rapidement sur un gros axe de circulation. On arrive à le quitter parfois pour prendre des voies parallèles mais ça reste compliqué. Il fait être 32 et 35° selon les affichages que l’on trouve. On veut trouver un supermarché pour faire le plein d’eau mais ils s’ouvrent que vers 15h30 ! Quand on trouve enfin de l’eau cela fait vraiment du bien. On reprend la route, mais on se trouve face à une tuile : une déviation. Le pont au dessus du Pô est fermé ce qui nous impose un retour de 15km… C’est reparti, et comme la deviation est imposée à tous on est doublé par moultes  camions et à chaque passage on sent un passage d’air très chaud. 😣

On traversera finalement le Po, et on trouvera une aire de camping car où notre installation ne pose pas de problème.  Cela dit, on a longtemps hésité à  nous installer face à la quantité de moustiques. Puis compte tenu de cette 1ere grosse journée et d’une apparente accalmie on s’est posé.  Quelle ne fut pas notre panique quand au couché du soleil, alors qu’on se mettait à table ils ont attaqué de plus belle. On a mangé en 4ème vitesse puis on est rentré avec prudence sous la tente pour se mettre à l’abris et récupérer de cette 1ere folle journée ! 

Pour les cyclos qui cherchent des infos , voilà la théorie, le dernier tronçon n’est pas un ferry(-car). C’est la ligne 11….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s