De Marina di Bebbino à Carbonifera, en passant par Piombino. Pépin mécanique…

Publié le Mis à jour le

Jeudi 13 juillet. De Marina d’i Bebbino à  Carbonifera, détour à Piombino. 62 km 250 m dénivelé positif, 230 m de dénivelé négatif. 

On avait pensé partir tôt, pas de baignade ou de kayak avant de départ ce matin dans le programme, pourtant on ne part que quelques minutes avant 10h. Il faut dire que les km aidant, malgré la chaleur, on met un peu plus de temps à émerger le matin…

Quand on est prêt, on se rend compte qu’on a un rayon cassé à la roue arrière. Ça craint ; l’arrière supporte 2 sacoches et la tente (et moi ?)… On démarre sur une route à bonne circulation dont la chaussée a été déformée par des travaux sur le côté qu’on emprunte, ce qui n’a rien pour rassurer Jérôme. Au bout de 10 km faits en à peine une 1/2 heure, on arrive dans une commune un peu conséquente et Jérôme interroge google sur la présence d’un réparateur de vélo. On a du bol, c’est le cas mais le gars nous annonce une heure d’attente avant qu’il puisse s’occuper de nous. Finalement, 3/4 d’heure après on repart avec notre rayon réparé. Apparemment on en a plusieurs de fragilisés, sans doute lorsque la chaîne avait sauté elle a exercé une forte pression sur les rayons de ce coté. À suivre donc. Ça risque de se reproduire… Cette année on voit quand même assez souvent des magasins de vélos ce qui n’était vraiment pas le cas en Croatie.

On repart donc sur la route qui borde de grandes pinèdes et de grandes exploitations agricoles d’oliviers ou de vignes et au hasard d’un pont pour traverser la voie ferrée on aperçoit la mer. 

On enchainera ensuite avec une piste cyclable qui longe une route qui mène aux plages. On attend de trouver une entrée qui nous permettra de garder les vélos à vue. Finalement, après analyse de la situation on prendra un chemin en terre juste après qui nous conduira à une sorte de petit port crique.

On pique-nique, on se baigne, on sort même les masques et les tubas… La vue est sympa.

Ça donne des ailes. 

On reprend la route vers 15h15. Il fait chaud mais on apprécie la vue. 

On attaque une longue côte et dès le début on est obligé de mouliner, c’est louche… On a notre petite idée.  Par chance, il y a une station de lavage auto. Un gars nous montre le compresseur. Un autre arrive et a l’air de nous surveiller. On se dit, « tiens c’est le patron, il a peur qu’on parte sans payer ;’).  » Finalement, on change la chambre à air du pneu avant, on a repéré le problème mais c’est plus simple.  Quand on demande combien on doit, le gars nous dit « rien, magnifique machine » ; et les 2 nous prennent en photo dès qu’on a le dos tourné.

On reprend la route vers Piombino.  Un détour De 5 km  (allée). La route est très désagréable, ça circule beaucoup et ça monte puis ça descend et il faudra le refaire au retour…pfff. La vue à gauche d’est très moche, une succession d’industries au bord de la mer. 

Une fois à Piombino, c’est plutôt calme et sympa, c’est à se demander où sont passés tous les gens qui étaient sur la route. En fait il y a pas mal de départs de ferrys, pour l’île d’Elbe principalement, peut-être pour la Corse aussi, Bastia est en face.

Liséa nous offre une bonne glace en ville, on est paré à repartir.

Finalement, la remontée  ne sera pas si longue on bifurque avant les 5 km et on se retrouve rapidement en pleine campagne. On a une quinzaine de km à faire avant de trouver un camping, on a repéré un endroit où il y a plusieurs agritourismo. On a prévu de tenter ça. Le 1er qu’on trouve est complet et nous propose pour 40 €, un endroit tout serré sans arbre pour suspendre notre corde à linge. Ca tombe mal on a prévu de faire une machine… On passe au suivant, et on se retrouve dans un coin très sympa sous les oliviers pour 25 €. En fait il n’y a que 3 tentes et on est dans un coin à part mais ça nous va bien. Les enfants foncent à la piscine, il est 18h30, elle ferme à 19h. Quand ils reviennent, ils veulent aller à la plage qui doit être à 1,5 km du camping à travers champ. Le cheminement est fléché.  Petite baignade à 19h30, il y a de petites vagues et l’eau est bonne, le vent un peu frais quand on est mouillé. 

Forcément, le temps de rentrer et de se doucher on n’a pas mangé quand un livreur de glaces arrive ; pas de bol, le concept est sympa. 

Ce soir c’est pâtes au gorgonzola, ça change des pâtes à la tomate et des salades composées…  bien lourds, tout le monde se met rapidement à ronfler légèrement. ..

Nouvelle épreuve demain, on pensait éviter Grossetto, mais l’absence de pont semble nous l’imposer… à suivre, la nuit porte conseil. 

Publicités

3 réflexions au sujet de « De Marina di Bebbino à Carbonifera, en passant par Piombino. Pépin mécanique… »

    tontondax a dit:
    13 juillet 2017 à 22 h 52 min

    Le tonton chti m’a branché; je vais donc pouvoir vous suivre désormais… enfin!
    Buon viaggio a tutti. L’Italia é bella. Gros bisous. Tontondax

      untouraquatre a répondu:
      13 juillet 2017 à 22 h 57 min

      Voilà une bonne nouvelle. Bises à toi.

    le-tonton-chti a dit:
    13 juillet 2017 à 23 h 25 min

    Eh, ça fait beaucoup d’aventures pour une seule journée! Mais je vois que rien ne vous arrête! Bravo!
    J’espère qu’à cette heure-ci tout le monde dort. Faites de beaux rèves.
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s