Visite du volcan de Solfatara et tour à Pouzzoles

Publié le Mis à jour le

Mercredi 26 juillet.  10 km de vélos en famille avec 150 m de D+ ; 4 km de vélos de plus pour les filles et 14 km en course à pieds et marche pour les garçons. 

Cette nuit on a eu droit à un orage.  Ça a commencé par bien gronder, certains d’entre nous ont eu le réflexe de se demander si ça pouvait être le volcan.  Liséa a choisi ce moment là pour avoir envie de se rendre aux sanitaires.  On a finalement fait le voyage à 3. Et à l’instant même où on revient il se met à pleuvoir… doucement d’abord, ce qui nous laisse le temps de rentrer nos serviettes de douche et le précieux carton pour les sacoches que nous avons trouvé en rentrant de notre visite de Naples, derrière une poubelle, certes, mais de taille idéale… Il se met ensuite à pleuvoir plus fort et bruyamment mais on est déjà à l’abris ; on remet nos boules quies et on se rendort.  Je ne crois pas qu’il ait plu longtemps.  Par contre ça a éclaboussé sur la tente, les chaussures et choses restées dehors, toute cette fine poussière du volcans qu’il y a au sol, plus fin que du sable avec un petit côté farineux… apparamment, il n’avait pas plu depuis 5 mois.

Avec tout ça on dort jusqu’à un peu plus de 8h30, c’est grass’- mat’ !

Aujourdhui, on veut se débarrasser de la problématique de la recherche des cartons à vélos… On en a déjà discuté avec les gars de l’accueil du camping qui parlent français, ils ont passé des coup de fil dans des magasins de vélos pour nous, il était convenu qu’on rapelle aujourd’hui.  Une fois ça fait, y a plus qu’à…

Au petit déj’, on se rend compte qu’on est parti pour louper le train qui pouvait nous avancer sans pour autant faire tout le trajet. 😔 C’est bête d’y aller à 4 ; on décide de faire 2 équipes, sauf que les 2 loustics sont intéressés. .. On les départage grâce à un quizz rapide sur Pompeï.  Liséa a 2 erreurs, il manque une réponse à Raphaël, le reste est juste, c’est lui qui l’emporte…

Voici son récit : 

« Ce matin, je suis parti avec papa à 10h40 du camping. Nous avons donc couru et un petit peu marché car avec ma mauvaise toux, c’était pas de la pâte à tarte . On a pris la grande route sur 7 km puis des chemins très pollués et puants pendant 1 km7 puis encore 1 km de grande route dangereuse avant d’arriver au magasin de vélos. On a un peu patienté avant qu’on nous amène un premier carton, mais un peu trop petit ; du coup on nous en a emmené un autre à la bonne taille puis encore 2 autres pareils mais il en restait quand même un trop petit… du coup le monsieur l’a changé mais il est quand même un peu plus petit que les autres. On l’a quand même pris . Ensuite on a donc repris la grande route un petit peu puis le chemin puant. Papa se tuait le dos à porter les cartons parce que quand on a essayé de porte les cartons à 2 on était  obligé de marcher en crabe… On est donc arrivé à la gare vers 13h… (On n’avait pas pu prendre le train à l’allée car le dernier de la matinée était à 10h17 😔). Papa est allé acheter de quoi boire pour nous remettre un peu en état. Nous avons vu une vipère. Après nous avons pris le train pendant 4 minutes alors qu’à l’allé, à pieds, on a mis 10 fois plus de temps. Une fois à la gare de Pouzzoli-Solfatara,  nous avons marché encore 1150 mètres pour revenir au camping.

Vers la fin on a porté à 2 mais c’était dur. Au camping, quand on est arrivé, j’étais K.O. et sans doute papa aussi. L’opération aura duré 2h47 minutes… »

De notre côté on est de corvée de lessive et de courses.  Pour le ravitaillement 2 km de descente 2 km de montée ! Comme on est malignes, on fait les courses pour midi soir et petit-dej, pour ne pas avoir à y retourner. On rentre vers 13h15, les garçons vers 13h40. Ils ont mérité leur douche.  On s’installe à une table de pique – nique partagée entre le camping et les visiteurs du volcan, c’est plus confortable.  Après avoir mangé, on prend enfin le temps de faire quelques parties de Uno à 4, histoire de ne pas avoir amené le jeu pour rien. 

Puis on file voir le volcan Solfatara de jour.  On voit enfin bien le cratère.  Le camping est dans la bande de forêt en haut à gauche. 

Les enfants ont tenu à venir en vélo…

On revoit de jour la boue bouillonnante, 

…les sorties de vapeurs souffrées, 

Et ici d’anciens « saunas » dits stufes.

Le panneau a côté mentionne : « Les Stufes sont deux grottes anciennes qui ont été creusées dans le coté de la montagne à la fin du XIXe siècle pour créer des sudatorios naturels ou des salles de transpiration, qui étaient plus tard recouvertes de briques. Seulement quelques minutes passées à l’intérieur des grottes a provoqué une forte transpiration qui a forcé l’inhalation de la vapeur sulfureuse intense qui a été relâchée dans le mur. En conséquence, ils ont été considérés comme excellents pour la guérison des maladies respiratoires, des maladies de la peau et des rhumatismes. En outre, la transpiration était censée avoir un effet détoxique et minceur. Une position accroupie à l’intérieur de la grotte était nécessaire car, à l’avant de la voûte, dans la partie la plus élevée, des températures extrêmement élevées ont été atteintes. Les deux grottes, en fait, ont été appelées « Purgatoire » et « Enfer » et les températures à l’intérieur ont atteint 60 ° C et 90 ° C respectivement. La sudatoria naturelle avait été connue depuis l’époque classique et était l’une des attractions thermales des Campi Flegrei. La recrudescence des mouvements terrestres liés au Bradisismo Flegreo a entraîné la fermeture des cavités. Des cristaux d’alun et de soufre peuvent être vus sur les intrados et sur les parois des arches d’entrée vers les grottes. » (Google traduction).

Ici d’autres petites infos :

En se dirigeant vers la sortie on s’amuse un peu dans ce paysage lunaire :

Puis on décide d’aller vers le port de Pouzzoles en vélo, histoire de voir et de se renseigner sur les ferrys et les îles  (et oui, c’est toujours mort pour aller « visiter » le Vesuve…).  

L’allée est simple c’est tout en descente. .. On s’arrête devant l’ancien amphithéâtre de Pouzzoles et on passe devant les ruines d’un ancien temple.

On mange un glace sur une place plutôt vivante, sans doute la meilleure glace des vacances…

Puis on remonte au camping, le dénivelé est pas mal compte-tenu de la petite distance, mais sans le chargement c’est quand même pas la même chose, c’est presque facile ! 

On tente la photo d’arrivée qu’on a loupée l’autre jour mais c’est de la triche, y’a pas le chargement…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s