Mois: août 2018

Les petits trucs qu’on a oublié de vous dire sur ce qu’on a vécu/vu, (principalement au Portugal…)

Publié le Mis à jour le

Beaucoup de gens ont des chiens.

Beaucoup d’agapanthes, banches et bleues.

Assez peu d’oliviers…

2 bières principalement, la Sagres et le Super Bock. Pas chères, pas fortes.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

90 % de nos journées vélos s’achèvent par « la bière de la récup », locale de préférence. Dès le 2ème jour, je me rends compte qu’en voulant alléger la popote, j’ai oublié le décapsuleur. J’en achète un joli, « souvenir », à Porto… il ne servira que la 3ème semaine… les grandes bières, que l’on se partage avec Jérôme, ont un bouchon vissé…

Les cimetières ne sont pas à côté des églises, et des bougies sont allumées sur les tombes.

Les portugais mangent beaucoup d’escargots (caracois), y compris dans les restaus des ports, mais à voir les carcasses, ce sont bien ceux qu’on voit aux bords des routes…

caracois

Les sardinhas et les caracois sont plus mis en avant que la bacalhau !

Les portugais ne doivent pas le Porto à l’apéro mais en digestif. Le Porto qu’on achète en France, ils l’utilisent pour cuisiner. Pour eux, le melon au Porto est une aberration.

Raphaël est tombé 2 fois… à cause de trottoirs.

Le tandem m’est tombé dessus alors que je lui tournais le dos… se faisant, le siège m’a écrasé l’arrière du mollet droit, ma barre de « guidon » l’avant, et le frein s’est écrasé sur le bout des 2 orteils les plus longs… résultats de bons bleus, qui compte-tenu de mon teint et de la poussière des routes se voient… selon la luminosité… plus moins que plus… c’était à Quarteira.

Toujours à Quarteira, pendant que Jérôme attend son tour à l’accueil du camping, il entend 2 françaises discuter dans son dos :  » Mais n’importe quoi ! En plus avec des enfants ! Et t’as vu ce vélo comme il est long ?! » Jérôme s’est retourné et leur a dit : « chut c’est mon vélo ! ». Elles ont tenté un : « c’est super ce que vous faites… » ( les quiches) ; il les a honoré d’un simple « chut »…

Beaucoup de maisons portugaises ont des façades en carrelage, sans doute pour faire perdurer la tradition des azulejos… unies ou avec motifs… un peu moins cependant dans le sud.

 

Je cherche le nom de ce végétal, vu en énorme arbre, buisson, haie ou tige-boule, qui fait des fleurs/ panaches rouges. Ca ressemble au fejoa, mais non…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et éventuellement de ce jaune…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

… et de celui-ci :

DSC02251

Les portugais aiment visiblement les pavés, qu’on trouve parfois dans des endroits inattendus, en pleine campagne, limite au milieu des marais.

 

DSC01412

Je veux tester la réalisation des pasteis de nata dès que j’aurai un peu de temps à notre retour. Si vous avez une vrai recette de source vraiment portugaise, bien détaillée, envoyez ! Ce sera plus vrai que marmiton…

L’eau de la mer est froide, les piscines des campings sont souvent payantes en supplément.

A Nuevo Portil, le drapeau était rouge alors que l’océan était visiblement calme… en passant à côté du poste de surveillance, on est quand même allé vérifier si les drapeaux avaient le même sens que chez nous. Hé bien oui. La baignade était possible, sans nager, avec de l’eau maximum à la poitrine, en raison de courants forts…

Le barbecue est une institution. On ne parle pas du nombre de fois où on a eu les narines chatouillées par l’odeur des sardines grillées…

On a même vu des barbecue sur des terrasses à l’étage et même en balcon d’immeubles… (regardez bien tous les balcons…)

Dans la campagne, on a souvent vu des cheminées fumer, nous laissant supposer que la cuisinière à bois était toujours d’actualité…

Raphaël n’a pas crevé (enfin les chambres à air de son vélo) !!!

On n’a pas été embêtés par les moustiques avant Séville (sauf Jérôme une ou deux fois…).

Les automobilistes s’arrêtent toujours au passage pour piétons, aussi bien en Espagne qu’au Portugal. De manière générale, ils roulent bien aussi, de ce qu’on en a vu.

Un jour, en roulant, Raphaël nous dit : « On pourra manger une raclette en rentrant « . Et oui les longues heures de vélos laissent du temps aux pensées diverses…

D’ailleurs, pour « s’occuper », en roulant, on a appris tous ensemble l’alphabet radio international…(alpha, bravo, Charlie, delta…) et les enfants communiquaient ensuite en langage codé parfois. On a révisé quelques mots d’anglais aussi, puis dit des mots à la suite par associations d’idées. Pas de gagnant, pas de perdant, nickel. D’autres années, on jouait au petit bac à l’oral…

Et aussi, on a échangé, réfléchi, débattu sur l’idée d’abandonner le tandem pour les périples. Son poids est une contrainte… de taille / de poids ! … nécessitant de gros effort pour une allure très modérée ! « La vitesse d’un homme au pas » a murmuré de nombreuse fois Jérôme dans les côtes ! Si on accélérait un peu, on aurait plus de temps pour les visites, les baignades, se poser… écrire des cartes postales 😋. Et autre argument intéressant, on pourrait prendre le train ! Si des secteurs sont sans intérêt (succession de zones industrielles…), avec des grandes routes exclusivement, ou tout simplement si le pays est grand et qu’on veut faire plusieurs régions, ça peut être bien de tricher un peu…

Un matin, on découvre que le pain qu’on a acheté pour le petit dej’ a été envahi (volé ?!) par des minis fourmis… une mouette devait être habituée, elle logeait près du coin barbecue du camping… On l’a nourrie…

Et puis on a tenté de suivre la coupe du monde à distance…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’ailleurs, pour la finale, visiblement il y avait des croates dans la salle. Après le match, les enfants se lançaient des regards pas très amicaux. Les nôtres ont voulu faire les malins en se promenant à vélo avec le grand drapeau français acheté à la fan zone de Lisbonne… celui ci s’est pris dans leurs rayons… La loose ! La honte !

Toute de suite après la victoire, Raphaël nous a dit que c’était trop nul de ne pas être en France pour voir le journal et le méga reportage d’après Mondial… disant même que qu’au prochain Mondial on ne partirait pas pendant… Sachant qu’il aura 17 ans…

On a lu minimum 3 livres chacun, heureusement qu’on ne les porte pas…

lecture

On a vu des gens pédaler pour faire leur jus d’orange… à ceux qui pensent qu’on est fous de faire des vacances à vélo… comparativement, on est peut-être saint d’esprit en fin de compte, d’autant qu’ils payent pour ça…

DSC00211

et on a aussi vu un bus plonger dans l’eau…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Niveau rencontres de cyclos… pas grand chose cette année…

On a discuté avec des anglais partis en mars d’Angleterre avec leurs 3 enfants pour un an, il faisait une « pause » au Portugal où une grand-mère habite et s’occupe des enfants pendant que les parents bossaient dans le camping où on s’est arrêté. Du coup, on n’a pas vu leur chargement, ce sont eux qui sont venu nous voir.

A Sagres, on a discuté avec un français partis en juin jusqu’en février prochain, qui compte aller jusqu’au Sénégal, tout en prenant le temps de passer plusieurs semaines par endroit.

On s’est fait doublé par un couple qu’on a appelé « les suédois » (blonds et pâles) ; ils ont à peine dit bonjour et tracé comme des malades, nous faisant encore plus prendre conscience qu’on tracte un tank… on s’est mis au défi de les rattraper (ça nous a occupé un moment…), on les a enfin récupérer en ligne de mire quand ils repartaient visiblement d’une pause… si c’était la pause pipi, ça veut dire qu’on a géré, si c’était la pause pique-nique, ça veut dire qu’on est vraiment à la ramasse ! Ils se sont arrêtés dans un village où on a tracé, on ne les as jamais revu… hé oui, ils ont sans doute le temps de faire des pauses plage en journée eux… C’est en partie à cause d’eux qu’on pense à changer de vélo… pfff

Et puis il y a Bertrand et Fée, un duo de français qu’on a vu pour la 1ère fois à Sagres, puis à Quarteira, puis à Faro… Bon eux, ils étaient plus rapides que nous pour décoller tôt le matin… sur ça aussi, on a une marge de progression, mais ça nous est arrivé de les apercevoir en journée, ou alors en discutant le soir, il avait 15 km de plus que nous au compteur… ils voyagent sans GPS, c’est beau, mais parfois ça rallonge…

Et enfin on a vu un cyclo qui cheminait avait sa planche de surf sur la remorque à vélo ; je regrette de ne pas avoir pris de photo.

 

 

Publicités