De Santiago à (presque) Friol

Publié le Mis à jour le

Mardi 9 juillet – 71 km – D + 1050 m. Bivouac.

Aujourd’hui, départ à 9h55… un peu tard, mais après avoir dégusté une tarte de Saint-Jacques, achetée hier.

On démarre par la route nationale (N634). Ça monte déjà, c’est long, les camions passent, la bande du côté est large, ce n’est pas inquiétant mais ce n’est pas intéressant non plus.

En passant, on voit l’entreprise qui produit les galettes de Saint-Jacques, un viel homme est sur le parking, on lui demande si les galettes sont fabriquées là ; ils nous poussent à entrer. En fait, la fabrique est à 13 km, mais on a droit à une dégustation : fromage, vin cuit (1 goutte), chorizo, biscuits, gâteau, chocolat… mais on reste raisonnables et polis. Le monsieur est très gentil, on lui achète quand même une boîte de biscuits aux amandes…

On passe bien 2 heures sur la nationale avant de biffurquer dans la campagne. A peine sortis,

on doit dépasser un troupeau de vaches, ce n’est jamais rassurant, d’ailleurs, elles ont bougé à notre 1ere tentative…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais on se retrouve vite dans des chemins caillouteux, pentus, au milieu des eucalyptus, certes, mais finalement difficiles. On a l’impression de se traîner plus d’une heure supplémentaire …:-( . Mais les enfants gardent le moral.

On s’arrête près d’une église et d’une fontaine au milieu de nulle part, pour nous ravitailler… avec les restes de pains, de charcuteries, de jus de fruit, et les biscuits achetés ce matin…

Cette pause nous fait du bien.

On est ensuite sur une route secondaire goudronnée, toujours en pente mais à présent on le vit bien ; l’habitude ? Le degré de dénivelé ? Le paysage ? Le soleil ? La nourriture ?

Le moral est meilleur, on attaque les nouvelles pentes , avec plus de « légèreté »… pourtant elles s’enchainent … les descentes aussi bien sûr, mais elles nous semblent toujours trop courtes, pourtant certaines ont dû durer des km.

On arrive à Sobrado, qui doit avoir un joli monastère mais en travaux… On y fait nos courses pour le soir et le déjeuner.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On sait qu’il n’y a aucune solution pour dormir dans le secteur. On envisage d’abord le lac non loin, mais il n’y a pas de point d’eau, (le lac est « végétalisé »), et il est un peu tôt. Au point où on en est on vise Friol…

C’est reparti, montées, descentes, on atteint nos 1000 m de dénivelé dans la journée peu après la crevaison de Liséa.

On repart

et on tombe presque par hasard sur le lieu idéal de bivouac : petit ruisseau, petite source d’eau, tables de pique-nique 🤩, ni trop près, ni trop loin de la route !

On se douche à la bassine et à l’eau de ruisseau. Ça a beau être froid, ça fait du bien !

Même si on a ce qu’il faut pour le repas de ce soir, Jérôme part au village le plus proche pour assurer les extras ! (+ 10 km A/R). On a quand même nos 1050 m de dénivelé positif à fêter !

Pour ce soir, on a trouvé les pâtes en forme de bicyclettes, trop drôle !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On mange confortablement sur la table et il fait encore jour quand on se couche.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s