De Castro Urdiales (Cantabrie) à Sopela (Biscaye) (+ tour à Bilbao)

Publié le Mis à jour le

Dimanche 21 juillet 2019. 41 km, D+ 637 m. (Total périple : 1007 km, D+ 11 407 m).

Ce matin on sait qu’on n’a pas beaucoup de km, mais que ça ne sera pas pour autant facile…

A peine levés, il se met à pleuvoir, une pluie fine… qui n’était pourtant pas prévue…

On finit quand même de déjeuner et de plier nos affaires dehors, puis on décolle vers 10h…

La vue est bouchée, on fait attention à ne pas glisser sur la chaussée.

Après la traversée de la ville et une petite partie relativement plate, on attaque une montée interminable. C’est simple, au bout d’une heure, on a fait que 10 km dont les 2/3 de montée, sous la pluie fine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La descente n’est pas très rapide, on est ultra vigilants pour ne pas glisser, c’est donc à peine plus reposant…

Le passage de la Cantabrie à la Biscaye est marqué par des panneaux mais aussi par le changement d’architecture, on commence à voir des maisons basques.

Au sud de Bilbao, on trouve une piste cyclable qui nous permet de passer très facilement un secteur de routes, autoroutes, et voies rapides enchevétrées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vers la fin, on traverse un parc, où on trouve un robinet pour refaire le plein des gourdes. Les enfants se précipitent sur la tyrolienne que je n’avais même pas repérée,

Ce diaporama nécessite JavaScript.

et Jérôme sur une aire de nettoyage de vélo, réellement équipée par la ville pour cela et visiblement bien repérée par les VTTistes du secteur.

On arrive ensuite en ville, à Portugalete et on rejoint les quais de la Ría de Bilbao, où il y a foule.

On comprend plus ou moins rapidement qu’on est bien face au pont que l’on devait emprunter, mais qu’il s’agit en fait d’un pont transbordeur inscrit au patrimoine de l’humanité, ce qui en fait déjà une attraction, et qu’il y a une course de trainières (barques à rames traditionnelles d’un équipage de 13 rameurs et d’un barreur).

On emprunte donc à notre tour le pont transbordeur pour passer à Getxo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dernier coup d’oeil sur le pont et la course,

Ce diaporama nécessite JavaScript.

et on repart par une piste cyclable qui borde la baie et les palaces de Getxo.

En théorie, plus que 11 km pour atteindre le camping, l’objectif est de revenir ensuite visiter Bilbao en transport en commun. On est sorti du tracé préparé avec le GPS de randonnée… On connecte le GPS du téléphone. Celui-ci, bien qu’en mode cycliste, nous amène à un escalier… il y a bien un ascenseur quelques mètres plus loin, mais impossible à prendre avec le tandem… On repart dans l’autre sens et on jongle entre les 2 GPS pour trouver notre chemin. La ville est dense, pentue, bourrée de culs de sac, de voies ferrées à traverser, d’escaliers piétonniers… le GPS a même tenté de nous faire passer par un itinéraire bouclé par un portail cadenassé… c’est compliqué ert agaçant.

A force de persévérance, on arrive au camping vers 14h passées… pique-nique, installation, douche, c’est au ralenti et épuisés qu’on continue notre apres-midi, si bien qu’on ne repart visiter Bilbao que vers 17h… en métro, que l’on prend à Sopela, à 1.8 km à pieds du camping.

Pour cette fin de journée, on ne se concentre que sur le Casco Viejo de Bilbao, la vieille ville…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Demain, on y consacrera la journée…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s