De Sopela à Elorragia

Publié le Mis à jour le

Mardi 23 juillet. 103 km, D+ 1150m.

Le résumé a failli être aujourd’hui, journée de transit, grande route camions, chaleur, R.A.S..

Mais comme une journée en voyage à vélo réservé toujours des surprises, je vous fais la version longue…

On a réussi à partir à 8h30, il fait déjà super bon, au bord de la mer avec un léger vent.

On arrive à sortir de Sopela par des pistes cyclables, ça dure au moins 15 km, beaucoup de ville, mais on gère… On doit border Bilboa et son agglomération avant de partir dans les terres, la côte n’offrant pas vraiment d’autres alternatives raisonnables en terme de dénivelé, km et qualité de route…

Donc un début pas vraiment intéressant mais qui a l’avantage de nous sortir des culs des camions. Puis on enchaîne avec la nationale, on avance mais c’est toujours pas intéressant, beaucoup de camions, chaleurs… etc.

1ère pause à 36 km, on a déjà refait le plein des gourdes plusieurs fois à des robinet, on s’achète un petit casse-croute et à boire et c’est reparti. Ça monte régulièrement mais de façon moins raide que bien des jours passés.

On trace bien, pas de photos, c’est vraiment pas intéressant, mais je peux au moins vous dire que depuis qu’on est en Espagne on a souvent vu des panneaux demandant aux voitures de ne pas serrer les vélos…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Donc vrai pique-nique vers 56 km vers 13h30… On se réshydrate beaucoup, ça y est, il fait très chaud, 2 bouteilles d’eau y passent, ainsi qu’une demi pastèque ! On sait qu’on va attaquer la partie dure de la journée, une bonne montée à 9%. Un peu moins de camions cet après-midi, c’est déjà ça. Finalement, on appréhendait la montée juste à la reprise mais on a bien géré.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On traverse à nouveau pas mal de zones industrielles, et également des tunnels. On s’est prudemment équipé de nos lumières rouges clignotantes à l’arrière…

Pause glace et eau au pied d’un super-marché, c’est pas cosy, mais ça fait du bien ! Il nous faut du carburant !

Notre objectif est d’arriver à Deva, à 84 km. Là bas on a 3 options. Une albergue, en ville, mais en passant devant, on voit qu’il n’y a pas moyen de laisser les vélos à l’abris et on sait que pour savoir si on peut avoir une place il faut aller à l’office de tourisme. Il est à priori derrière nous, on est pas du style à faire marche arrière…, un camping à 4 km dans la direction qui ne ne nous arrange pas, 4 km à faire dans l’autre sens demain… en plus il nous a semblé voir route coupée à 1300 m dans cette fameuse direction… un autre camping, déjà sur la trace de demain, qui nécessite encore 300 m de dénivelé et un crochet de 2 km… Finalement, il semble que c’est la seule solution qui nous reste…

Un petit coup d’oeil sur la plage de Deva…

Et on prend l’option bord de mer pour rejoindre le camping…

Enfin les jolies vues de la journée arrivent…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les enfants partent devant, ils assurent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On se refait des lacets en montée, dans l’un d’eux on doit tourner à 180 ° dans un petit chemin. Arrivés là, l’embranchement n’est pas évident. On regarde quand même mieux et le chemin, mal revêtu, qui démarre en descente, risque d’être plus dangereux qu’autre chose. On part sur un plan B : +4.5 km… en continuant la montée… Arrive enfin la tournée vers le camping. Sur le panneau, il est inscrit complet. On engage quand même la descente de 2 km, en se disant qu’en faisant les pleureurs ça marchera… On n’a pas besoin de beaucoup de place…

Pas de bol. C’est vraiment complet, et avec le relief, pas de petit bout d’herbe à investir… les gars sont sympas. Ils commencent à nous indiquer 4 campings vers Bilbao. Non merci, pas de marche arrière et c’est loin… ceux vers San Sébastien sont loin aussi, et ils pensent qu’ils sont complets. Il appelle même une chambre d’hôtes pour nous, complète… et finit par nous indiquer une aire de pique-nique, avec point d’eau et toilettes plutôt dans notre direction… à 7,5 km…

C’est donc reparti… On remonte donc les 2 km descendus inutilement, puis on enchaîne. Avec la proximité de la mer, il fait bon.

On commence quand même à en avoir plein les pattes… les derniers km nous paraissent très longs et les 1,5 km de petits chemins pentus pour arriver jusqu’à l’aire encore plus, on a poussé.

On arrive, l’endroit à l’air connu, il y a pas mal de monde pour pique-niquer et quelques fourgons aménagés… un seul robinet, près d’une table occupée, ça va être dur de faire notre toilette au grand air !

Avant qu’on ait eu me temps de décider où on se pose… quelques gouttes d’eau tombent. C’est bon pour nous ça ! Les gens vont partir… On s’abrite sous l’avancée de toit devant les toilettes. L’orage gronde, on voit les éclairs… des gens partent… des camionnettes arrivent… On attend comme des glandus le moment où on pourra prendre notre douche bien méritée. Finalement, les toilettes sont grandes, avec un robinet et une évacuation d’eau, on attaque la douche là, à coup de bassines d’eau froides, mouillage puis rinçage, déversées par Jérôme qui s’en donne à coeur joie.

Bien que froide, ça fait du bien ! On était tellement crasseux avec toute cette chaleur, ces km, la poussière, les camions, beurk ! L’air est chaud, ça fait du bien. L’orage est passé, des gens continuent à s’installer dont un duo de cyclos.

Et les enfants ont encore la force de jouer…

On s’installe nous aussi. On mange, avec vue sur la mer.

On reprend 2 gouttes d’eau, pas plus… Puis une bonne bourrasque de vent pendant qu’on mange… qui soulève le dessous de la tente, plantée à minima, Jérôme ajoute des sardines, et on rentre le matériel laissé dehors. Aussitôt fait, aussitôt terminé, on termine notre repas dans la bonne humeur…

Finalement, voici à peu près l’étape du jour…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s